RADIO(S)

Alerte info
Partager : Partager un max votre radio ! Recrutements : Je recherche toutes personnes qui souhaitent participer à la communauté saint seiyeste ...




Commençons directement ce petit papier qui traite de la chronologie des jeux vidéos tirés de la licence Saint Seiya, en abordant tout d'abord le sujet qui fâche "La qualité des jeux Saint Seiya est elle à la hauteur de celle de la licence ?".
Mon avis personnel est que non mais grâce à cet article vous aurez tous les outils pour en juger. 
En 1987 arrive "Saint Seiya ougun densetsu" un JRPG censé retraçer le parcours de Seiya et les autres chevaliers de bronze à travers les 12 temples des chevaliers d'or. 
Le jeu est bâclé, mélangeant mécaniques archaïques de RPG et de phases de plate forme tout aussi mauvaise. La chronologie de l'histoire n'y est pas respecté car il n'est pas rare d'affronter des ennemis venant de nul part et dans le désordre.
 

En 1988 une suite est lancée à la hâte développée par TOSE et distribuée par Bandai intitulé Saint Seiya: Ougon Densetsu Kanketsu Hen. Une suite qui nous amène dans la deuxième partie de l'arc scénaristique des 12 maisons du zodiaque. 
Le gameplay est le même, aucune évolution technique bref un jeu malade et raté. 
En 1992 c'est au tour de la Gameboy d'accueillir la liscence avec :Saint Seiya Paradise: Saikyou No SensHitachi,
Développé et édité par Bandai.
 
Nous sommes en présence d'un JRPG traditionnel retraçant cette fois ci l'histoire originale à partir du premier tournoi jusqu au combat contre poseidon. 
Le personnage évolue sur une map en vue de haut comportant ses PNJ et ses ennemis que l'on affrontera dans des combats au tour par tour. Jusqu'ici cet opus reste le plus crédible et dans la pure tradition de ce à quoi doit ressembler  un old school JRPG. 
En 2003-Saint Seiya: Ougon Densetsu-hen Perfect Edition
Sur Wonderswan colors la console de 5ème génération portable de Bandai. 

On prend les mêmes et on recommence, JRPG plus que old school 
Couvrant les épisodes des 12 temples tournant sur une console obscure certe affichant de très belle couleurs pour l'époque mais le jeu souffre malheureusement d'un manque de mécaniques et d'innovation en terme de gameplay. 

Saint Seiya Typing: Ryu Sei Ken sur PC sortie en 2003 (japon).
 
Saint Seiya Typing
Très obscure et atipique, le titre édité par Bandai est un jeu de versus où l'on s' affronte sur un écran splité en tapant des mots le plus rapidement possible pour envoyer des attaques.

Encore une fois vous affronterez les ennemis à partir du tournoi galactique, jusqu'à la 12ème maison. 
Le jeu bénéficie de bonnes illustrations fidèles à l'animé avec des effets eux animés. On reste ici dans du fan service même si il y a tout de même de l'innovation dans le système de jeu, dommage qu'il soit répétitif et donc lassant. 
 
2005 (7 avril jap-1 juill fr) Saint Seiya, Les Chevaliers du Zodiaque : Le Sanctuaire
Édité par Atari et développé par Dimps pour PS2

, Saint Seiya, Les Chevaliers du Zodiaque : Le Sanctuaire est un jeu de combat en versus symétrique. Nous sommes encore et toujours sur la période chevaliers d'or donc les 12 maisons, le jeu possède de très bonnes voix digitalisées et un bon sound design. Rempli d'aliasing mais très fidèle à l'anime ce jeu plaiera au fan de ce côté.

 En ce qui concerne le système nous sommes sur un gameplay très rigide mais qui permet tout de même de s'amuser seul ou avec un ami en versus. Les attaques spéciales de nos héros y sont nombreuse et enfin nous avons un jeu qui mari fans services et gameplay. 
Saint Seiya, Les Chevaliers du Zodiaque : Hades, sortie sur ps2 en 2006. Édité par Atari et développé par Dimps

Une amélioration non déplaisante de son prédécesseur qui à sa sortie nous permetai de suivre la saga Hades alors qu'elle était en diffusion au Japon. Le gameplay est très nettement amélioré, les graphismes évidemment affinées et les personnages gagnent en mobilité.
 
Pas de quoi "doser" pour un joueur de versus aguerri mais un bon titre pour revivre le chapitre Hades.
                                                                                 Eyetech.


Partager